•  
  •  

Notre film, LE CHOIX de la LIBERTE, dont la première privée s'est déroulée le samedi 12 octobre au cinéma de Morez, est d'ores et déja présenté dans plusieurs festivals de documentaires et de moyens métrages nationaux et internationaux.

Il vient d'être sélectionné pour illustrer le 70ème anniversaire de la libération de la ville de Pontarlier dans le Doubs, le 13 septembre 2014.

Jusqu'à cette date, le film ne sera pas projeté, en revanche les DVD sont disponibles.

Ce film , contrairement aux Passeurs, ne sera présenté que dans des salles de cinéma de villes importantes. En effet notre emploi du temps devenant de plus en plus chargé nous ne serons plus en mesure d'assurer autant de projections que pour notre film précédent.

Nous vous rappelons que si une association ou un groupe de gens souhaitent faire une projection privée des "Passeurs du Risoud", ils peuvent simplement nous appeler et nous répondrons présents.
Tel 0041 79 261 96 39.

On  a encore fait le plein ...

Article de la FAVJ du 25 09 2013

Comment expliquer en peu de mots une telle histoire ?















Hélène Martin (qui boit son p'tit verre...) en pleine argumentation!

A la sortie de la projection, le verre de l'amitié.

C'est au cinéma LA BOBINE, que nous étions venus, mercredi 18 septembre 2013, à l'initiative de Claude et Christiane Karlen et avec le soutien du Conseil Administratif du Village du Sentier. qui a même offert le "pot de l'amitié" après la projection.

Une salle magnifique, un public acquis à notre cause, et qui a longuement applaudit le film à la fin de la projection. A noter que la salle était pleine.

Précisons que nous avons souhaité, comme d'habitude, ne pas faire payer les entrées, cette décision qui fait partie de notre éthique, a été elle aussi fort applaudie.

Photos Claude Karlen.

Hélène et Daniel Capt (monsieur le Baron).

Les réalisateurs.

Une association se nommant "le mur aux fleurs de lys" se permet de tenir des propos étonnant sur notre film.
Je cite :

...Un film projeté depuis décembre 2012 dans la région nous pose question. Réalisé par des cinéastes amateurs suisses, il partait sur des bases qui nous intéressaient. Nous les avons aidés lors de la Rando 2012 dans la recherche de documents touchant à la période qui nous intéresse.
L’histoire extraordinaire des Passeurs de Chapelle et de la Vallée de Joux mérite d’être partagée et racontée.
Malheureusement le résultat est loin d’être à la hauteur des intentions. Il faut, pour « raconter » l’Histoire, une rigueur qui fait défaut à de multiples reprises, dans le film « Les Passeurs du Risoud(x). Nous ne nous y reconnaissons pas.
..

Mais en quoi cette association peut se prévaloir de dire la vérité du point de vue de l'histoire ? En quoi sa vérité serait elle la vérité?

Comment une association dont le nom même évoque un manque de rigueur (en effet il n'y a jamais eu de fleur de lys sur le mur suisse...mais sur les bornes)  peut se targuer de donner des leçons?

Le ridicule ne tue pas dit l'adage.

Ce film est un documentaire, c'est à dire qu'il autorise une libre interprétation de faits historiques ou autres.

Ci dessous une définition du documentaire :


Le film documentaire (ou le documentaire) est un genre cinématographique et télévisuel. En radio, on parle de documentaire radiophonique. En général, un film documentaire est de type informatif ou didactique ; il utilise, soit tels quels, soit en les combinant et en les agrémentant de commentaires rétrospectifs, des documents iconographiques authentiques. Les documentaires représentent souvent le domaine de l'histoire ou des activités humaines, ou bien le monde naturel. Il s'oppose donc à la fiction. Une telle définition n'est toutefois pas stricte car un documentaire peut recouper certaines caractéristiques de la fiction, notamment via la reconstitution comme le docufiction ou à travers la réflexion en amont sur le sujet, qui peut donner lieu à un scénario plus ou moins élaboré. De même, le tournage d'un documentaire influe sur la réalité qu'il filme et la guide parfois, rendant donc illusoire la distance théorique entre la réalité filmée et le documentariste. Le documentaire se distingue aussi du reportage. Il est parfois très difficile de faire la distinction entre un reportage et un documentaire. Il faut donc juger les œuvres dans leur globalité, sur un ensemble de critères plus ou moins subjectifs, parmi lesquels on peut citer les intentions de l'auteur, le synopsis, la durée du film, les choix de cadre, la sophistication du montage, l'habillage sonore et musical, les techniques utilisées, le langage, le traitement du temps, l'utilisation d'acteurs, les reconstitutions, les mises en scènes, l'originalité, ou encore la rareté. Il est aussi possible de distinguer le documentaire du reportage en évoquant le fait que l'auteur d'un documentaire appelle la réalité à soi, tandis que le rapport est inverse pour le reportage.

Je précise enfin que cette association ne nous a pas aidé.
Je suis allé personnellement à la rando 2012, j'ai pris ma carte de membre et j'ai même fait un court métrage sur leur chorale, petit reportage que je leur ai offert.

Malgré cet article, il se trouve que le film remporte une succès incontestable depuis plus d'un an, et c'est le principal.

Les chiens aboient la caravane passe.

Lors de la présentation des PASSEURS du RISOUD (X) à MALBUISSON (Jura), nous avons rempli la salle (Plus de 120 personnes , il a encore fallu ajouter des chaises).
Des gens parmi lesquels plusieurs familles de vacanciers se sont dits très intéressés par cette histoire locale.
Nous avons noté la présence de Claude MIGNON , maire de Malbuisson, qui nous a d'ores et déjà invité à venir présenter LE CHOIX de la LIBERTE.

La salle avec les spectateurs très intéressés lors du débat.

Hélène Martin , fille de Victoria Cordier et présidente de l'association Alliance Liberté qui a animé le débat.

 20 avril 2013  Première soirée en Suisse réussie au delà des prévisions.

C'est en effet à La PRAZ, petit village du pied du Jura (tout près de Mont la Ville) que nous avions transporté notre matériel de projection.
Catherine Zurcher qui nous coatchait  avait fait un affichage tout à fait excellent.
Dès 19H45 des spectateurs arrivaient, ce qui était de bonne augure.
Bref la salle fut comble, et il fallut ajouter des chaises.

Pour la première fois nous avons fait une vraie séance de cinéma avec actualités de l'époque et même des "réclames", pour se mettre dans le bain de l'époque.

Le film fut très applaudit et la discussion dura fort avant dans la nuit.
Une belle soirée, qui ouvre la série des projections en Suisse.

La petite salle de La PRAZ avec plus de 70 personnes.

28 Mars 2013   Pour la deuxième fois nous projetions à Morez . Malgré le mauvais temps (décidément nous n'avons pas de chance question météo) , le discours du président, et le WE de Pâques, il y eut deux fois une 50aine de personnes dans la salle (une séance en matinée et une en soirée).
L'après-midi nous avions filmé une jeune femme qui voulait témoigner de son attachement à son aïeul (résistant et déporté), à voir en page "Le choix de la liberté".
Le soir fut donc propice à un bon dialogue avec le public, et la encore des témoignages émouvants.

Fin de la soirée, explication d'un spectateur

Echanges avec la presse locale.

Article du Progrès du 30 mars 2013, avec une journaliste qui a rebaptisé Anne-Sylvie ...

 20 mars 2013  C'est  une fois plus avec les PASSEURS du RISOUD(X) que nous avons pu vivre une très agréable matinée à l'ECOLE INTERNATIONALE DE GENEVE.
Invités par Olivier REVAZ,
Responsable du département de français Head of French Department
Ecole Internationale de Genève
nous avons projeté le film devant de jeunes spectateurs attentifs.
Un grand merci aux enseignants qui ont présenté en amont cette période de l'histoire aux jeunes, présentation à n'en pas douter d'une grande efficacité.

Après une allocution d'Olivier, Samuel a pris la parole pour présenter le film , mais également Gérard Bouveret qui nous a fait l'amitié de venir se joindre à nous, pour témoigner de la difficulté de vivre en cette période troublée.

Après le film les jeunes se sont exprimés par des questions pertinentes, auxquelles Gérard très gentiment a pu répondre.

A noter la grande politesse de ces jeunes qui tous vinrent remercier les protagonistes d'être venus.

La matinée s'est achevé devant un bon repas, offert par Olivier.

Samuel, Olivier et madame Vallat prof d'histoire

Gérard Bouveret en pleine explication.

Un bon repas

"Les passeurs du Risoud (x)" remporte toujours un succès incroyable. Le 14 mars 2013  , à Champagnole, et en présence du Maire et Conseiller général Monsieur Clément PERNOT, nous avons reçu plus 250 spectateurs.
Un grand remerciement à toute l'équipe de la municipalité qui s'est dépensé sans compter pour organiser cette projection.
C'est Philippe BALDASSARI et Annelise MARTIN qui en furent les architectes.
Nous avons retrouvé avec un grand plaisir Bernard BOUVERET, notre passeur du Risoud (x) , l'un des acteurs du film, qui nous fit le plaisir d'être parmi nous en cette belle soirée.

Les spectateurs d'un soir.

Anne-Sylvie et Bernard

 LE 9 mars 2013  40 personnes étaient attendues à Bois d'Amont pour la projection des PASSEURS du RISOUD(X). Les spectateurs arrivèrent à plus de 120. La salle ne pouvant plus les contenir, certains virent le film debout, dans le couloir, à travers les baies vitrées et restèrent jusqu'à la fin ...
Un vin d'honneur clôtura cette séance en présence de François GODIN, Maire et Conseiller Général, que nous saluons et remerçions.

Un autre grand succès donc pour ce film, dont nous avons commencé le tournage de la suite : LE CHOIX de la LIBERTE.

La salle 15 minutes avant le début de la séance, il ne reste que 3 places assises.

C'est devant une salle remplie aux 3/4 que nous avons présenté les Passeurs à Morez le 7 février 2013 . Il y a avait quand même plus de 120 personnes. Durant la journée , nous avions reçu les collèges et lycées de la ville , en tout plus de 200 élèves.

La soirée fut donc fertile en émotion , les spectateurs nous disant tout à trac combien ce film les avait touché. Un monsieur âgé a même pris la parole pour nous raconter un épisode de "sa guerre" qui le vit devenir passeur à l'âge de 12 ans. C'est à ce moment que sa fille se leva pour lui dire :"Papa tu ne nous l'avais jamais dit..."

Nous réalisons combien ce film libère une parole trop longtemps contenue , c'est donc bien volontiers que nous avons répondu présent lorsque ce monsieur nous a demandé de recueillir ses propos.

Il sera donc l'un des héros de notre prochain film dont le titre provisoire est:

Le choix de la liberté !

La salle de MOREZ

Notre prochain acteur, un magnifique visage.
Il s'appelle Gérard BOUVERET et fut un passeur à l'âge de 12 ans !

PONTARLIER
Bravant une tempête de neige des plus violente, ce sont quelques 80 personnes qui sont venues applaudir notre film.
Très émues, ces spectateurs courageux ont souhaiter prolonger le débat fort tard, posant questions sur questions tant à Hélène Martin (qui était parmi nous) qu'aux réalisateurs.
Une fois de plus la chaleur des relations était de mise , qui permit à certaines personnes d'évoquer leur nombreux souvenirs sur la guerre et comme ils l'avaient vécue.

Article dans le journal de Cossonnay du vendredi 25 janvier 2013

Article suite et fin

LES PROJECTIONS:




SAMEDI 20 AVRIL Projection publique LA PRAZ (Suisse)
SAMEDI 23 MAI Projection privée sur invitation LOUHANS
Vendredi 24 Mai Projection publique à TAVAUX (Dole)
JEUDI 27 JUIN Projection publique Montigny les Arsus (ARBOIS)

Très prochainement d'autres projections seront programmées en Suisse , nous vous tiendrons informés.

Le premier point de vente est à l'épicerie de Chapelle des bois.
Un autre point de vente se situe à Montricher, au Canada.
A notre domicile vous pouvez également trouver le DVD.

Les passeurs du Risoud(x) a été finalisé hier soir , mercredi 17 octobre, par un tournage chez Marie Louise Meylan dont le surnom plus connu que son propre nom est : Zouze. Excellente compagnie , avec sa soeur jumelle, Anne-Marie , Jean-Claude Bodenmann, du Campe, et les époux Karlen que nous avons retrouvé avec grand plaisir.
Le 3 novembre aura donc lieu la première, à Chapelle des Bois.


Uniquement sur invitation, elle est privée, mais rassurez vous,  le DVD sortira la semaine suivante.
Le 17 novembre aura lieu une séance publique à Chapelle des Bois, puis ce sera Mouthe, Pontarlier, Champagnole etc...puis la Suisse, mais pas avant avril.

De plus, il nous est déjà demandé de venir présenter le film soit dans des salles de spectacle soit dans des collèges. C'est bien volontiers que nous nous déplaçons . N'hésitez pas à prendre contact.

Les salles de cinéma équipées en vidéo sont à même de projeter les passeurs. Les essais fait dans divers cinémas sont très concluants tant il est vrai que sur grand écran le film prend toute sa dimension.

LA PREMIERE à CHAPELLE FUT UN REEL SUCCES.
Pratiquement 100 personnes dans la petite salle de la mairie de Chapelle des bois, standing ovation, discussions et enfin un repas avec tous les acteurs. Une très belle soirée.

Les photos ci-dessous.

La petite salle de la mairie de Chapelle des bois pleine à craquer.

Nouveau paragraphe

La PRESSE en PARLE

Article de Didier FOHR Est Républicain du 02 11 2012

Première page EST REPUBLICAIN du 02 11 2012

Article paru dans le journal LES DEPECHES du 10 12 2012

L'affiche de la première.

Après la première nous organisons les projections pour les journalistes.
Le jeudi 22 novembre nous recevions deux journalistes qui ont pu apprécier le film. Ils furent très intéressés, et donc les articles vont suivre.

Avec Jean-Pierre RICHARDOT journaliste et écrivain ("Une autre Suisse")

Jean-Pierre RICHARDOT a écrit au sujet des PASSEURS du RISOUD(X):
"
  J’ai été très impressionné l’autre jour par le film, votre film.    A la fin, j’ai caché discrètement les larmes qui coulaient sur mon visage.  C’était bouleversant, surtout au moment de l’hymne suisse. Bouleversant , le message du film  est en même temps très positif  et très simple : où que nous soyons, affirme votre œuvre , même au bas de l’échelle , nous sommes, si nous le voulons , des acteurs de la vie publique : nous contribuons à notre mesure à FAIRE L’HISTOIRE. Et cette action  nécessite du courage et de la continuité. Et nécessite de travailler avec les autres. La Résistance tout seul, çà ne veut rien dire.     Votre film, qui est de grande qualité, mérite beaucoup plus que d’achever ses jours dans un tiroir. Il faut que les télévisions européennes, à commencer par la télévision française et la télévision  suisse , diffusent largement cette  œuvre de valeur. Plusieurs chaînes françaises peuvent être intéressées ( notamment ARTE, La CINQ, LA CHAÎNE HISTOIRE…)."









Jean Pierre RICHARDOT.




Lien Wikipedia









Les projections s'enchaînent, Chapelle des bois , après la projection privée, une projection publique, avec une centaine de personnes.
Samedi 8 décembre ce fut au tour de Fraisans tout près de Dole, avec plus de 80 personnes , dont des anciens combattants.
Un public conquis mais surtout très ému.

Les projections recommenceront en janvier 2013, avec les villes de Pontarlier, Mouthe, Champagnole, Morez et bien d'autres.

Pour tous contacts de projection merci d'appeler Anne-Sylvie au
0041 (0) 79 261 96 39

Les 3 amis , de G à D , Anne-Sylvie Debard , Samuel Debard et Hélène Martin (fille de Victoria Cordier)

Samuel Debard présentant LES PASSEURS

Projection à Fresans , Hélène Martin présentant l'association ALLIANCE LIBERTE

LES PASSEURS du RISOUD (X)

L'AVANT TEASER EST SUR CE LIEN:

LIEN

Mise au point.

La première particularité de cette montagne du Risoud (x) est qu'elle a deux orthographes:
Côté suisse, la montagne se nomme le RISOUD
Côté français c'est le RISOUX

C'est pour cette raison, et afin de respecter les deux pays, nous avons appelé ce film : Les passeurs du Risoud(x).

Le tournage de:
Les passeurs du RISOUD (X).













C'est le troisième volet de Vies du plateau que nous tournons conjointement au deuxième. En effet, si nous voulions évoquer les passeurs du Risoud (x) dans le deuxième volet, nous avons très vite compris , devant la richesse des documents que nous avons sur ces passeurs , qu'il était important de leurs consacrer un film entier.

Nous rencontrons des gens fantastiques comme Monsieur Bernard Bouveret, passeur du Risoud (x) entre La Chapelle des bois et Le Sentier en Suisse.

A la fois passeur, résistant, contrebandier , mais aussi agent des services secrets suisses, Bernard Bouveret nous a conquis par son histoire que nous présenterons dans le film.


Mais nous visiterons aussi l'histoire de Fred Reymond, d'Achille Griffond, de Victoria et Madeleine Cordier et d'Anne Marie Im Hoff-Piguet .

DANIEL CAPT


















Daniel Capt, écrivain, a publié aux éditions L'Aire un merveilleux livre sur Fred Reymond: FRED. Daniel sera présent dans le  projet , mais chut c'est encore un secret...

Bernard Bouveret à l'époque des passages.

A la recherche de Fred REYMOND






























Fred Reymond était le chef de Bernard Bouveret pour le SR Suisse (Service de Renseignements). Il habitait au Sentier (Vallée de Joux en Suisse) une maison qu'il avait construite juste avant la guerre (La Villa Cernée) dans laquelle transitèrent des réfugiés , juifs pour la plupart, mais aussi des agents de renseignement venus se cacher en Suisse car il étaient "grillés". Son épouse Lilette accueillait tous ces gens. Son rôle auprès de son époux, était fondamental, et n'a pas été reconnu à sa juste valeur.
Les agents de Fred se retrouvaient souvent dans cette demeure, où Lilette leurs réservait toujours un plat de pâtes, ce qui manquait toujours en France occupée.
Les seuls vrais ennemis de Fred , durant cette période , furent les douaniers ...Suisses.

La VILLA CERNEE


















La Villa Cernée (Le Sentier en Suisse) qui vit passer tant et tant de réfugiés et autres agents du SR.
La porte était toujours ouverte
Fred la concue à son idée , nous dit Daniel Capt, avec sa paye de la fabrique des balanciers. Il l'a voulue à la lisière d'une côte recouverte d'arbres comme il les aime.
Ce sera là le royaume des oiseaux et des écureuils avant dêtre le havre des poursuivis de tous genres.


(In Daniel Capt FRED Ed de l'AIRE)

LE MUR SUISSE

















La voici la frontière franco suisse tant et tant de foies traversée par FRED, BERNARD, ACHILLE, VICTORIA et tous les autres.
Il fallait minimum 3 heures d'efforts pour aller de Chapelle des bois à la villa cernée, quel que soit le temps.
Et s'il fallait grimper le gît de l'échelle , c'était encore plus long et plus dangereux.

LA BORNE SUISSE






























Côté français c'était la fleur de lys, côté suisse l'ours de Berne...Puis plus tard, enfin, l'écusson vaudois.
Quand les réfugiés voyaient ces bornes ils n'étaient pas encore sauvés.
En effet, il fallait faire quelques kilomètres à l'intérieur du pays pour ne pas être refoulé.

Le Rendez-Vous des Sages.
















Est il utile de présenter cette cabane mythique, situé côté suisse de la forêt du Risoud (Notons que cette montagne s'écrit avec un "d" côté suisse et avec un "x" côté français , les bizarreries de la géographie ...) ?
Quand les réfugiés avec leur guide arrivaient au Rendez-Vous des Sages, ils étaient enfin tirés d'affaire.
Nous verrons dans le film d'autres rendez vous comme l'Hôtel d'Italie par exemple situé en haut du Gît de l'Echelle.

A la recherche de Victoria.


















Victoria Cordier, résistante du groupe "Corvette", passeur du Risoud(x) et membre des SR Suisses.
Elle fit passer bon nombre de juifs , traversant le Risoud après avoir grimpé le "fameux" GÌT de l'ECHELLE.
Nous avons tenté de suivre ses traces , et croyez nous ce ne fut pas facile.




















La maison de Victoria.


Au pied du Gît de l'échelle, la maison de Victoria vit passer de nombreuses personnes amies ou simples "passants". Elle est sans doute la maison en France la plus proche de la frontière Suisse du Risoud. Du reste elle était nommée "sous le Risoux".

Victoria fut aidée par ses deux soeurs, Madeleine et Marie-Aimée.



















Le GÎT de l'échelle est un passage d'une vingtaine de mètres,  très escarpée, nécessitant de "varapper".
Quand on sait que Vic (telle que l'appelaient ses amis du groupe Corvette) grimpait le Gît portant des skis , des sacs chargés ou des bagages, et même une fois une femme,  sur son dos, on est en droit de se dire que ces faits furent parfois "miraculeux".

La personnalité exceptionnelle de cette comtoise, nous a ému, et nous tenons à travers ce film à lui rendre à elle aussi un hommage bien mérité.

Le tournant du film.
Le film est devenu réellement ce qu'il doit être quand nous avons rencontré Hélène, la fille de Victoria Cordier.
Une journée incroyable d'émotions de chaleur mais également de force physique. En effet nous avons franchi le gît de l'échelle, afin de photographier la statue de la Vièrge posée scellée dans une niche du rocher.

Incroyable journée !




































Hélène ouvrant la route dans le gît de l'échelle comme le faisait sa mère avec les réfugiés.





















Hélène et Anne-Sylvie

Ce week end nous avons continué les tournages en compagnie de Blanche VUEZ et de Michelle GALMICHE.
Toutes deux ont pu nous apporter des précisions sur nos héros, mais aussi nous avons parlé également de la bataille de Mouthe, et des soldats allemands qui se sont réfugiés dans le Risoud.
A remarquer un autre héros,  Jules  GALMICHE, ancien douannier devenu contrebandier qui a fait passer beaucoup de juifs. Son histoire a donné lieu à un livre écrit par un juif hollandais Donald Speelman dont un jeune réalisateur à tiré un film qui sera projeté à Vallorbe le 25 mars 2009.
"LE SAC d'EVA".

Chez Blanche

Chez Zouze

Soirée de clôture du tournage exceptionnelle, chaleureuse, durant laquelle nous avons filmé des pages très intéressantes.




Sur la photos, derrière Samuel, Zouze, Jean Claude Bodenmann et Michou (la fille d'Anne-Marie). En face de Sam , madame Karlen.

Une belle raclette.












En face de Samuel, madame et monsieur Karlen. Au fond , à droite,  Michou et Jean-Claude.

Les jumelles, Anne-Marie (à gauche) et Marie-Louise (Zouze à droite).